LES PASSEURS DE MÉMOIRE DU PAYS DE DURAS: 1981/1982 COMITÉ DE DÉFENSE DU PAYS DURAQUOIS


Le comité de défense du pays duracquois.

Fin 1981 début 82, le bruit se répandait dans le pays Duracquois comme une trainée de poudre : « Vous rendez vous compte, ils vont nous faire passer une ligne très haute tension, qui va défigurer le paysage et nous apporter que des nuisances au niveau santé … » « 2 fois 400 000 volts, vous rendez vous compte »… « Parait même que les vaches en attrapent la danse de Saint Guy… » Et puis « il y a eu ailleurs des morts, en déplaçant leurs tuyaux d’arrosages…, même que certains viticulteurs du Frontonnais auraient senti des décharges électriques en touchant les fils de fer de vigne… » « Et puis untel qui a le bras long aurait manigancé pour faire modifier le tracé et la détourner de chez lui, maintenant, elle passe chez moi ». Les conversations allaient bon train, on ne parlait plus que de cela et les bruits résonnaient sur les coteaux, se propageant de cep en cep à la vitesse de l’éclair, se déformant au passage de façon proportionnelle à la forme biscornue de ces derniers ou peut-être d’ailleurs à celle de l’esprit de certains de leurs propriétaires…

Très vite, à l’initiative d’une poignée de Duracquois, un comité de défense se forma. Georges Milhet en pris la tête. Autour de lui, une centaine d’adhérents dont un noyau de quelques membres très actifs, pèle mêle : Philippe Bader, Jacky Valade, Michel Trantoul, Armelle et Patrick Dubernard, Jacques Chaugier, et votre serviteur. Que ceux que j’oublie de citer veuillent bien me pardonner.

On fit venir à Duras un scientifique allemand qui nous révéla un certain nombre d’études faites en Allemagne, aux USA et en Russie principalement. Aux USA, ils interdisaient toute construction dans un périmètre de 400 m de part et d’autre de la ligne .En URSS, c’était 1200m, comme au Canada. Et en France ? Rien de tout cela. Curieux non ? En effet, sous les lignes, sont générés des courants induits et des ondes électromagnétiques dont les effets sur la santé ne sont pas anodins .Le scientifique, par ailleurs médecin et chercheur, parlait d’avortements, de baisse du potentiel immunitaire, de cancers, de diminution du potentiel immunitaire, d’insomnies, de dégénérescence de certaines cellules… Un autre scientifique français vint confirmer et compléter ces révélations.

Un voyage en car conduisit les membres du comité de défense rencontrer des riverains à Verfeil ,près de Toulouse afin de s’informer sur les dangers que subissaient les riverains .Je me souviens de Roger Vincenzi tenant sous la ligne ,parallèlement aux fils, un néon entre ses doigts, les 2 bras écartés au-dessus de sa tête .Et bien ,le néon s’est allumé comme on nous l’avait prédit ,apportant bien la preuve des courants induits ! Les agriculteurs locaux parlèrent des accidents lors de déplacement des tuyaux d’irrigation, des décharges de batteries sur les engins agricoles ayant séjournés une nuit sous la ligne…

 EDF lors d’une réunion publique houleuse nie tout en bloc bien évidemment et s’empresse de rassurer. Elle a besoin de cette ligne pour relier Cubnezais à Verfeil et parfaire son maillage afin d’acheminer plus efficacement l’électricité des centrales nucléaires de Braud Saint Louis et Golfech. A l’issue de cette réunion, le journal Sud-Ouest titre « EDF sur le grill à Duras ». 

Pour se mettre les maires et les conseillers municipaux dans la poche, EDF verse à la commune à vie une redevance annuelle pour chacun des poteaux qui y sont implantés. Savignac et Duras se frottent les mains .Par contre, les propriétaires de terrains sur lesquels sont implantés les poteaux et qui subissent donc de plein fouet la nuisance (perte de terrain cultivé, perte de temps, casse de matériel, risques d’accidents…) ne touchent qu’une seule fois, l’année de l’implantation du poteau, une somme ridicule. Cela fait bien évidemment jaser. Le syndicat des jeunes agriculteurs se décide lui aussi à s’opposer à la ligne et entreprend quelques actions ce son côté.

Le comité de défense attaque EDF et gagne son procès devant le tribunal administratif .C’est une première en France qui redonne courage aux comités qui se sont créés un peu partout en France .Le président reçoit maint et maints coups de téléphone, demande de conseils et félicitations. Malheureusement EDF n’en est pas restée là et a gagné en appel quelques mois plus tard. Le pot de terre contre le pot de fer…

A peine reposés des nombreuses réunions, les membres du comité se voyaient contraints de repartir au front. En effet, des recherches d’uranium allaient être entreprises sur le Duracquois. Là, encore plus de personnes se sentirent concernées .En particulier les vignerons craignant pour leur AOC, mais aussi le secteur du tourisme et les communes qui n’avaient pas été impactées par la ligne électrique .Plusieurs maires se sont engagés. 

Là encore, s’en suivirent des réunions publiques avec les prospecteurs, souvent houleuses, et avec des scientifiques bien entendu .Le lundi de pentecôte, les prospecteurs étaient partis en weekend laissant imprudemment leur matériel et leurs précieux échantillons sur place. Un important défilé, comprenant des maires et le conseiller général, fit à pied le chemin entre le lieu de prospection du Chandeau à Auriac et le château de Duras .Cela faisait environ 5 km .Devant le cortège, un tracteur tirait la carotteuse des prospecteurs et la conduisit jusque dans la cour du château ! Les prospecteurs ont plié bagage sans avoir pu emporter un seul de leurs échantillons…

Gilbert Geoffroy

1 commentaire pour “LES PASSEURS DE MÉMOIRE DU PAYS DE DURAS: 1981/1982 COMITÉ DE DÉFENSE DU PAYS DURAQUOIS”

  1. GUILLAUME dit :

    ça peut chauffer dans le Duraquois !! Non mais !!

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Related Post

%d blogueurs aiment cette page :