06 14 42 52 66

contact@objectifduras.com

LES PASSEURS DE MÉMOIRE DU PAYS DE DURAS: CRUE DU DROPT EN 1971 PAR RENÉ BLANC


La Crue du Dropt de mai 1971

C’était un 18 mai de l’an 1971. Entre 11h et midi gonfla sur les hauts de la vallée du Dropt un bel orage d’un noir d’encre, plein de fulgurants éclairs, de pets de tonnerre et de trombes d’eau.

Vers les deux heures de l’après midi, on entendait dire par des cyclistes «  le Dropt monte, le Dropt monte » ! A 15h il coupait la route de Monségur, et à 16h il était sur 400mètres. A 17h elle touchait le jardin de Maurice Moyano et l’envahissait prestement. 

Ah la malheureuse ! L’employée de la quincaillerie Texier qui habitait St Géraud et qui venait de m’acheter ma voiture, décida de traverser ces eaux en révolution. Les gens du bord de route, tentèrent de la dissuader, mais malgré tout, elle tenta de passer, malgré un mètre d’eau sur la route.

Sa voiture est soulevée comme un fétu de paille les eaux emportant tout ! Mais miracle ! En bordure d’un pré sont plantés des pieux supportant des fils barbelés qui retiennent les bêtes. La carrosserie de la voiture flottante accroche par son dessous le haut d’un pieux et la voilà qui tangue,  ballotte mais fait du surplace, avec à l’intérieur l’employée terrorisée qui crie «  Au secours ». Les pompiers arrivent, avec barque et cuissardes et sauvent l’inconsciente. On les appelle autre part : Là bas dans les prairies de Botte, Monsieur Goubier a eu juste le temps de grimper sur un arbre en criant au secours, car l’arbre est assez bas. Lui aussi est sauvé. 

A 10h du soir, l’eau s’en est allée et le Dropt a repris son cours normal. Que s’était-il donc passé ? Cet orage du haut, avec pluie torrentielle  gonfla un de ces barrages de retenue d’eau artificielle  que l’homme a construit pour arroser ses terres. La digue a cédé et l’eau libérée a envahit notre belle vallée. Les jeunes récoltes ont été recouvertes de boues, et ne sont pas revenues, les appareils électriques dans les maisons ont été «  cuits » et pas mal d’animaux sont malheureusement morts noyés.

René Blanc     

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :